Nous partons pour un nouveau voyage dans l’ouest de la Sardaigne, dans la région appelée Vallée des Nuraghi; facilement accessible depuis la route Cagliari-Sassari (SS131), c’est une large plaine qui conserve de nombreux témoignages d’époques révolues…


Panorama de la vallée des Nuraghi

Notre destination aujourd’hui est le splendide palais nuragique de Santu Antine, près de Torralba.



Torralba, village dans la Valle dei Nuraghi

Torralba est un village au milieu de la vallée, pas plus de 1000 habitants. Malgré sa petite taille, plusieurs trésors archéologiques se trouvent à proximité; en particulier il y a des nuraghi, des dolmen, des domus de janas et même une tombe de géants. Les églises médiévales et rurales et le musée de la vallée des Nuraghi méritent également une visite.


Vers Santu Antine

Nous laissons le village derrière nous pour atteindre le site du palais nuragique de Santu Antine, au milieu de la plaine.
Vous pouvez participer à la visite guidée, à des heures fixes, ou utiliser une application spéciale téléchargeable sur votre smartphone pour les explications. La première option est sûrement la meilleure solution pour poser des questions à conduire et obtenir plus d’informations; mais nous préférons utiliser l’application pour avoir plus de temps pour observer et prendre des photos. Alors, nous marchons le long du chemin qui mène à la structure, en contemplant la forme élégante.

Le palais nuragique de Santu Antine

La construction est encore grandiose aujourd’hui; la tour centrale, presque 20 mètres de haut, est la partie la plus ancienne (15ème siècle avant JC). Avec le palais nuragique d’Arrubiu (à Orroli, sud de la Sardaigne), le complexe Santu Antine est l’un des plus hauts bâtiments de cette période, après les pyramides égyptiennes.
Autour du donjon, un premier mur imposant de plan triangulaire a été ajouté; aux trois extrémités, il y avait trois tours.
En nous approchant, nous observons avec étonnement les blocs de basalte colossaux, intelligemment empilés, qui composent la forteresse. On peut ainsi admirer la maîtrise d’anciens constructeurs, capables de réaliser un tel travail grâce à la technique des murs en pierre sèche.


Le murs du palais

Le mur extérieur

Lorsque nous arrivons à quelques pas du palais, nous réalisons qu’il est entouré des restes de murs d’enceinte d’autres bâtiments; nous reconnaissons les bases circulaires d’anciennes cabanes nuragiques, semblables à celles qui entourent les autres nuraghi (par exemple Palmavera). Il y en a une quinzaine, certaines grandes et d’autres petites, dans lesquelles nous pouvons toujours apprécier des endroits en pierre ou les restes d’une cheminée centrale.
Il existe également des restes de murs appartenant à des bâtiments de plan carré, créées par les anciens Romains, utilisant une partie des pierres du palais.


Autour du palais

Malheureusement, comme pour les autres complexes nuragiques, les pièces en bois qui constituaient les toits des cabanes ou la terrasse supérieure de la tour ont été détruites. Il faut donc utiliser l’imagination pour tenter de reconstruire l’aspect original de la structure!
À l’est, nous atteignons le portail d’accès dans le mur principal du palais…


Le palais et la tour

Au coeur du palais nuragique

Le portail nous permet de pénétrer dans les murs massifs pour atteindre l’espace interne. En fait, les hauts murs renferment une grande cour; autour il y a plusieurs ouvertures et passages: en particulier dans certains, on peut voir des escaliers. Il y a aussi un puits ici.


La grande cour

Les ouvertures latérales donnent accès à de magnifiques couloirs, presque intacts, qui permettent de suivre un chemin circulaire à l’intérieur du palais. Nous marchons sans hésiter.
Les murs sont caractérisés par des pierres progressivement plus petites vers le haut, de manière à donner de la stabilité à la structure; il y a aussi de petites fentes qui permettent le passage d’un peu de lumière du jour. Nous nous trouvons entourés de pierre et seule la lumière suggestive des lampes modernes, placée sur le sol, facilite le chemin.


Le couloirs

De la cour, d’autres ouvertures permettent, par un escalier raide, l’accès aux deux chambres supérieures et aux autres couloirs sur les remparts.


Sur le remparts

L’exploration du donjon est peut-être la partie la plus spectaculaire de la visite. Nous atteignons ici une grande pièce circulaire au rez-de-chaussée et, grâce à l’escalier intérieur, une autre grande pièce au premier étage. Dans les chambres, on observe un plafond « à tholos », caractérisé par la réduction progressive de la taille des pierres en convergent vers le dôme au centre; il y a notamment des niches et des sièges en pierre.
Les escaliers montent encore et nous arrivons au sommet de la tour… De là, la vue s’étend dans toutes les directions, sur la plaine et les collines environnantes.


Panorama

Le point d’observation est excellent et on distingue au loin le contour d’un autre nuraghe. Ce n’est pas un hasard si cela s’appelle la Vallée des Nuraghi!





L'Auteur

Explorateur et découvreur sur l'île de Sardaigne. Auteur du blog Sardinia 4 Emotions, pour partager des émotions et des expériences vécues dans cette île magique.

Laisser un commentaire

avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *