Maintenant, nous commençons un voyage pour découvrir un des principaux cours d’eau de la Sardaigne: le Coghinas. Seuls le Tirso et le Flumendosa sont plus longs.



Les sources de la rivière sont situées sur le plateau de Buddusò, mais le nom Coghinas n’est utilisé que dans la partie inférieure du lac homonyme; les eaux de nombreux affluents alimentent le bassin et le principal est le Rio Mannu de Berchidda.
Nous allons bientôt découvrir que le Coghinas est un excellent compagnon de voyage… Cette rivière traverse des environnements très différents, près des lieux d’importance historique et naturaliste.
Ces lieux méritent certainement une visite, peut-être dans quelques jours… Ce n’est pas une coincidence si nos photos proviennent de différents voyages et excursions.


Le Lac de Coghinas

Notre exploration commence dès le Lac de Coghinas, facilement accessible grâce à la route Olbia-Sassari. C’est un grand bassin artificiel, sur le bord de la plaine de Chilivani, un vaste plateau dans la région de Monteacuto.
Le barrage de Muzzone qui entoure le lac a été construit en 1926, pour produire de l’électricité; toutefois plus tard les eaux du lac ont également été utilisées pour l’irrigation des champs.
Nombreuses montagnes entourent le plateau: le Limbara au nord-est et d’autres moins élevés dans d’autres directions. La végétation comprend maquis méditerranéenne, en plus des chênes verts et des chênes-lièges.


Lac de Coghinas

La région est certainement bien adaptée pour des excursions et des vacances reposantes; même s’il n’y a pas de grandes villes, vous pouvez facilement trouver des agritourismes, des hôtels et des restaurants.
Pour commencer à connaître cette région, nous conduisons notre voiture juste en suivant notre instinct et curiosité, sur les petites routes, à la recherche de vues sur le lac…


Panorama du lac Coghinas

Vue du Lac

Autour du lac


Église de Nostra Signora di Castro

L’Église de Nostra Signora di Castro est située au sommet d’une colline au sud du lac, avec un excellent point de vue. De là, la vue s’étend dans toutes les directions, sur la plaine de Chilivani, le lac et les montagnes environnantes.


Panorama dans la région de Monteacuto

Dans toute la région de Monteacuto il y a beaucoup d’églises rurales d’origine médiévale, comme celle-ci.
L’édifice, dans le style roman, remonte à la période du juge Constantin II (1170-1198) et a été consacré comme une cathédrale. La partie principale, en blocs de pierre volcanique de différentes nuances, a une seule nef; le petit clocher suspendu et le portique latéral ont été ajoutés plus tard.


Église de Nostra Signora di Castro, Oschiri

Église de Nostra Signora di Castro

Nostra Signora di Castro, Oschiri

Ex-cathédrale de Nostra Signora di Castro

Vue du lac de Coghinas


Départ du lac

Au nord du lac et du barrage, la rivière Coghinas descend dans une gorge étroite au pied de la chaîne de montagnes Limbara. Nous pouvons suivre ce tronçon, seulement à une certaine distance, grâce à la route sinueuse qui mène de Tula à Erula.
Nous quittons donc la région de Monteacuto pour aller en Anglona; donc nous atteignons une large vallée, mais moins étendue que le plateau de Chilivani. Ici il y a la ville de Perfugas, de petite taille mais d’une grande importance historique.


Perfugas, une plongée dans l’histoire

Le nom de Perfugas vient probablement du latin, pour désigner un groupe de fugitifs ou de réfugiés qui se sont installés dans ce lieu. Sûrement la localité a des origines anciennes et il y a des témoignages de la présence humaine avant la période romaine.


Perfugas

Au centre du village il y a un vrai bijou archéologique: le puits sacré. L’édifice, utilisé comme un lieu de culte des eaux, remonte à la période nuragique moyenne (1000-500 avant JC).
Ce monument a été découvert en 1923, mais mis au jour par les fouilles en 1980. C’est une construction en calcaire blanc, composée de trois parties: un vestibule, un escalier descendant et le puits souterrain à l’intérieur duquel l’eau a été recueillie. La précision et la maîtrise des constructeurs anciens est surprenante! Notamment ils ont assemblé les pierres pour reproduire dans la voûte les marches de l’escalier ci-dessous.
Autour de l’atrium, à l’extérieur du puits, il y a les restes de sièges anciens: probablement ici, les gens assistaient à des cérémonies religieuses.


Perfugas, puits sacré

Puits sacré de Perfugas

La visite du puits sacré est payante, mais avec un billet à prix réduit, qui donne également accès à l’église paroissiale de Santa Maria degli Angeli et au Musée Archéologique et Paléobotanique.
Dans la belle église de Santa Maria il y a le retable en bois de San Giorgio, peint au XVIe siècle selon les traditions espagnoles. En particulier c’est le plus grand retablo en Sardaigne!


Retablo de San Giorgio

Enfin, le Musée Archéologique et Paléobotanique contient des vestiges archéologiques du territoire; il y a les découvertes de la période néolithique, nuragique, romaine et du Moyen Age. Des vestiges intéressants de l’ancienne forêt pétrifiée de l’Anglona sont également visibles; ce sont des troncs d’arbres anciens qui se sont fossilisés, grâce à l’action d’éléments naturels.


Musée archéologique et paléobotanique

La première partie de notre voyage le long de la rivière Coghinas se termine ici; dans la deuxième partie, nous découvrirons aussi la région de la Bassa Valle del Coghinas.



Catégories : Nature et excursionsTous les articles

L'Auteur

Explorateur et découvreur sur l'île de Sardaigne. Auteur du blog Sardinia 4 Emotions, pour partager des émotions et des expériences vécues dans cette île magique.

Laisser un commentaire

avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *